Blog Sylvie et Marcel

SAMEDI 1 DÉCEMBRE 2012

Hasard vraiment?

Dans le domaine des heureux hasards, rappelons-nous l’affaire du vigile agressé à la pointe. La date était parfaite pour laisser le temps de communiquer sur la violence des opposants avant la manifestation du 17 novembre. Un timing parfait pour les porteurs du projet.
Depuis aucune nouvelle de ce dossier, alors que selon la presse, c’est une agression d’un groupe sur une personne seule. Un agriculteur pour avoir lancé deux bouteilles de bière sur les CRS a lui été condamné aussitôt.Nouvel événement, dans la nuit du mercredi 28 novembre au lieu dit le rosier, un bâtiment contenant 200 à 300 round ballers de foin et de paille brûle.

Pour nous, agriculteurs, un hangar de foin qui brûle, c’est très grave. C’est le fruit de notre travail qui s’en va. C’est l‘inquiétude pour l’alimentation des animaux et c’est surtout l’insécurité. Pourquoi pas un autre bâtiment demain ? Nous n’avons pas de solution face à ce risque.

La maison du rosier était squattée depuis 5 ans. Les occupants ont été dégagés le fameux vendredi 23 novembre et la maison détruite le soir même, mais pas les bâtiments attenants.

Lundi et mardi, la police était très présente pour sécuriser l’évacuation des gravas.
Quel hasard… dans la nuit après le départ de la police, le reste brûle.
L’éleveur devait enlever son foin le mercredi après midi.

Bizarre, Benoit, un agriculteur militant qui circulait sur le chemin dit de suez, à côté, a vu les gendarmes circuler à pied autour du stock de foin.

Bizarre, bizarre, Jérôme, qui dormait chez un voisin du site a entendu du bruit dans la nuit. Il s’est levé et est allé voir, a pris des photos, donc son flash s’est allumé.
Alors, il a vu se pointer vers lui des lampes très puissantes comme en utilisent les gendarmes la nuit. Poursuivi, suivi de près par la lumière, il s’est caché dans les bois.

En fait, ce sont les jeunes des cabanes de la Châtaigne qui ont appelé les pompiers.

Aujourd’hui, jeudi, pas de communiqué des autorités sur la violence dans le secteur, juste un mot neutre dans Ouest France.Ah bon, ce serait donc juste un accident ?

Mercredi matin, je passe devant la route du rosier après avoir vu mes bœufs à Vigneux. De la route sort un car de gardes mobiles, et je croise une voiture banalisée, logo ACIPA à l’arrière, chauffeur banalisé en ZADiste, cheveux, barbe et tout. En voyant mon gros logo sur la voiture, il sursaute et me salue poing levé et accélère aussitôt.
Le car de police que je suis, ralentit, le temps de vérifier que tout se passe bien.

Hasard encore, il était prévu de récupérer ces bâtiments du rosier après le départ du foin.

Dernier hasard, Jacques, agriculteur retraité a pris mardi en stop un type qui dit aller à la Grée. Jacques lui demande son nom puisqu’il connait les gens de la Grée. Eh bien, le type a finalement décidé de descendre avant la Grée sans explications.

Enfin, dernier élément surprenant, lors de la manifestation des 8000 personnes à Nantes, ils ont eu accès aux marches de la préfecture, puis évidemment aux canons à eau.
Lorsque Françoise Verchère, reçue avec d’autres élus par le préfet Christian Galliard de Lavernée, lui a demandé pourquoi exceptionnellement il n’y avait pas de barrières pour protéger la préfecture, elle s’est vue répondre : « Madame, l’entretien est terminé »

Enfin, ajoutez à tout cela, les flics en civil qui arrêtent des militants sur les barricades…

Camarades, le temps des coups bas et des barbouzes est arrivé.

De Marcel , paysan à NDL

This entry was posted in Derniere nouvelle. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *