Le dialogue au milieu des grenades (à Notre-Dame-des-Landes)

Une autre façon de voir la même chose

Publié le 25 novembre 2012

Bon, je ne suis pas devin, et d’ailleurs, cela ne me tenterait pas. Dans ces conditions, que penser de cette « Commission du dialogue » annoncée hier par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault ? Je ne suis pas devin, mais j’ai un avis. Dans le meilleur des cas, cette commission signifie qu’il y a au moins deux lignes au gouvernement. Celle d’Ayrault, purement misérable, qui pense régler la question de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes avec une série d’affrontements bien médiatisés, de manière à passer du vrai sujet à un autre, qui serait : êtes-vous pour la chienlit ? On connaît, pauvre petit bonhomme, on connaît par cœur. C’est l’habituelle attitude de tous les gouvernements dépassés. Et le tien l’est, aucun doute.

L’autre ligne pourrait être celle de Hollande, qui n’est tout de même pas con à ce point. Il a lu deux ou trois livres, il sait un tout petit peu son Histoire, et il se méfie. On sait quand commence un mouvement authentique, mais nul ne sait comment l’arrêter. Ni même si c’est possible. Hollande, qui est aussi politicien qu’Ayrault, mais un poil moins borné, aurait décidé une mesure conservatoire. Gagner du temps, six mois en l’occurrence, permettrait peut-être d’y voir un peu plus clair, et de décider en dehors des fumées lacrymogènes. Notez que ce n’est qu’hypothétique, et qu’à coup certain, Hollande est pour cette saloperie d’aéroport.

Je le disais plus haut : « dans le meilleur des cas ». Car dans le pire, nous assistons à une petite manœuvre visant à dérouter, diviser et finalement démobiliser notre mouvement. En effet, rien n’a bougé sur le fond. Mais on assiste déjà à une recomposition dans le camp certes fort hétérogène des opposants. Le parti dit écologiste a aussitôt offert un satisfecit au gouvernement des matraqueurs, osant même cette longue phrase d’anthologie : « EELV se félicite des signes favorables que le gouvernement a envoyé samedi sur le dossier de Notre-Dame-des-Landes. L’annonce par le Premier ministre de la création d’une commission du dialogue dès la semaine prochaine, répondant à la proposition d’EELV de mise en place d’une médiation, est en ce sens une excellente nouvelle ».

Je dois dire qu’ayant lu cette foutaise, j’y ai vu une calamiteuse tentative de prendre ses désirs pour des réalités. Et à ce stade, le désir à peine dissimulé des écolos de service semble bien être : passons aux choses sérieuses, préparons les prochaines élections, défendons nos postes. Dans cette hypothèse, que je tiens pour l’heure comme la plus vraisemblable, nous allons voir apparaître d’autres contre-feux, d’autres propos manipulateurs, d’autres pseudo-héros fatigués de la bagarre, appelant au calme et à la concertation. Pour ce qui me concerne, je ne pense qu’une chose : on ne lâche rien. Et l’on n’accorde aucune confiance aux socialistes.

This entry was posted in Derniere nouvelle. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *