Avatar de Cyrille Giraud

LE PLUS. L’aéroport prévu à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) n’a pas encore atteint son rythme de croisière. Près de 500 personnes selon la police et plus de 3.000 selon les organisateurs ont manifesté samedi à Rennes. Cyrille Giraud, élu EELV, s’insurge contre ce projet dit « écolo ».

Édité par Louise Auvitu

Manifestants contre l'aéroport de Notre-dame-des Landes octobre 2012 ( SALOM-GOMIS SEBASTIEN/SIPA )L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) sacrifierait 2000 hectares de terres agricoles. (C.ENA/SIPA)

 

On oublie souvent de parler avec simplicité des sujets qui fâchent, et Notre-Dame-des-Landes en est le parfait exemple. L’information éparse fourmille, le monde proteste et quasiment personne ne le défend vraiment bec et ongles à part Jean-Marc Ayrault… et plus mollement les riverains de Nantes-Atlantique qui aimeraient transférer les nuisances sonores de l’aéroport actuel.

 

Pourtant l’argumentaire contre cet aéroport dit « écolo » (une vraie farce) est d’une simplicité affligeante à lister, ne serait-ce qu’en se limitant à dix points.

 

Un projet techniquement contestable

 

1. Un coût estimé à 556 millions d’euros par l’État et révisé entre 600 et 700 millions par le cabinet CE-Delft.

2. Le devis n’inclut même pas la construction du tram-train prévu pour relier Notre-Dame-des-Landes à la ville.

3. L’aéroport Nantes-Atlantiques est parfaitement perfectible entre un travail d’agrandissement du parking et surtout le prolongement de voies ferrées existantes qui s’y arrêtent à 150 mètres.

4. Le Grand Ouest est déjà bien couvert par le TGV ralliant les plates-formes parisiennes qui elles-mêmes sont en cours de modernisation.

5. Un TGV Rennes-Paris est par ailleurs déjà prévu pour le début de la prochaine décennie, ce qui devrait davantage inciter à décoller depuis Paris plutôt que Nantes.

 

L’impact environnemental sous le tapis

 

6. Le projet sacrifierait 2 000 hectares de terres agricoles bocagères dont la biodiversité est reconnue comme exceptionnelle.

7. Qui dit nouvel aéroport, dit pollution additionnelle, avec de surcroît un carburant toujours plus cher.

8. D’ailleurs le coût du marché des émissions de CO2 a également tout simplement été oublié au passage !

 

La raison sociale et éthique

 

9. On exproprie des agriculteurs à l’encontre du bon sens qu’inspire les arguments pré-cités.

10. Un ancien préfet de la région des Pays de la Loire passé au privé chez Vinci, le constructeur attitré de Notre-Dames-des-Landes, impliqué dans le dossier… Y’a comme un malaise.

 

Pas difficile de conclure que Notre-Dame-des-Landes se résume pas mal à un gouffre financier, un désastre écologique et un projet inutile dont on pourrait parfaitement se passer, au même titre quela violence avec laquelle les opposants sur place sont traités.

 

This entry was posted in Derniere nouvelle. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *