Loire-Atlantique. Aéroport: une expulsion estimée à 500 000 € au bas mot

La question brûle toutes les lèvres. Combien acoûté l’opération lancée dès potron-minet, mardi 16 octobre, sur le site réservé au futur aéroport du grand ouest, à Notre-Dame-des-Landes ?

Sous le sceau de l’anonymat, un responsable qui se trouve au cœur du dispositif révèle que l’intervention a coûté « au bas mot 500 000 € ». Près de 500 gendarmes et CRS ont été mobilisés pour déloger des opposants, installés depuis deux ans dans des maisons vides – rachetées par le promoteur Aéroports du Grand Ouest (AGO), filiale de Vinci – mais aussi des cabanes, des yourtes ou des caravanes. Compte tenu des relèves des forces de l’ordre, il a fallu « faire appel en réalité à 1 200 policiers et militaires » pour assurer « une présence massive et constante sur le site », divulgue ce responsable.
Déplacements d’escadrons venant de différentes régions, hélicoptère à visée nocturne en soutien logistique mais aussi surveillance discrète de bâtiments publics ou de locaux d’entreprises appelées à travailler sur le chantier de l’aéroport : inévitablement, la facture flambe. Elle flirterait même « avec le million d’euros si d’aventure on comptabilise la prise en charge du traitement des CRS et des gendarmes ».

Dossier complet dans Presse Océan ce mardi.

This entry was posted in Derniere nouvelle. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *