Le pouvoir à l’épreuve de la réalité…

Quelques semaines de pouvoir… et déjà les mauvaises nouvelles s’amoncellent. L’audit financier de la Cour des Comptes révèle une situation financière plus préoccupante que jamais : le déficit est plus important que prévu ; le taux de croissance doit être revu à la baisse. L’Etat doit dégager de nouvelles recettes fiscales et poursuivre son effort de réduction des dépenses.
Et dans ce contexte, quid du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes ?
Nous pourrions penser que la rigueur nécessaire, annoncée par notre premier ministre, J.M. AYRAULT, conduirait ici à un moratoire, à une reconsidération de tous les éléments pour être sûr, vraiment sûr, de ne pas faire d’erreur. Et bien non ! Il faut peut être se dépêcher tant qu’il reste un peu d’argent dans les caisses…
Pourtant, notre premier ministre parle pour la France « d’un contexte financier de plus en plus contraint ».
Alors que la Cour des Comptes a pointé du doigt les projets d’infrastructure de transport (notamment les lignes LGV) du quinquennat Sarkozy dont le coût cumulé serait de 260 milliards d’euros (financé bien sûr par des partenariats Public-Privé mais avec 1/3 à la charge de l’Etat et 1/3 à la charge des collectivités locales), les sages ne parlent pas du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes, pourtant réfuté en termes d’utilité par l’Europe. Peut-être le pensent-ils abandonné par notre premier ministre si  réaliste, si rigoureux dans sa gestion financière, si soucieux du dialogue, si raisonnable et si averti ?
Et bien non, il n’en est rien !
Ici, le projet continue avec une répression qui s’accentue et se durcit (les prémices du changement sont effectivement très perceptibles à Notre Dame des Landes !). Ainsi, lors du démarrage des enquêtes publiques, Sylvain FRESNEAU, opposant historique, et son tracteur, se sont vus interpellés pour violence avec arme (le tracteur !) et refus d’obtempérer. Sylvain longuement interrogé a été libéré au bout de 10 heures ; son tracteur, par contre, est aujourd’hui à son 29ème jour de détention : il ne se montre pas coopératif et oppose un silence obtus à toute forme d’interrogatoire ; il commence à trouver ses vacances forcées un peu longues, surtout que son lieu de villégiature n’est pas des plus verts (rien ne vaut Notre Dame des Landes pour cela !).
Autre changement et non des moindres : l’accélération du traitement des recours en justice. Le président Hollande nous laissait le temps de la justice avec l’épuisement de tous les recours déposés devant les juridictions françaises. Et bien, la justice, pour une fois (je me demande bien pourquoi !), ne se fait pas attendre et fait preuve d’une célérité surprenante (en toute indépendance, bien sûr…) :
-rejet de la Question Prioritaire de Constitutionnalité sur l’expropriation ;
-rejet par le Conseil d’Etat du recours demandant l’annulation du décret validant la convention passée entre l’Etat et la société A.G.O..
vu sur le chemin du Land’Art 2012 dont le thème est « l’intrus ».
Le lendemain de la Conférence Sociale, JP DELEVOYE, saluait cette initiative de F. HOLLANDE qui prône la culture de la négociation alliant compromis et dialogue social, en disant que le « je décide, vous obéissez ! » était terminé.
Pourtant, pour le projet d’aéroport, c’est toujours cela qui s’applique avec une rigidité qui s’accentue et une répression qui se durcit (vive la Gauche si ouverte au dialogue !).
Nous sommes à la croisée des chemins. Il n’est pas trop tard pour renoncer…
Quel chemin va être pris ?
This entry was posted in Textes and tagged . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *